Par Carmen D. Mejía Velázquez

Cette année, le Sommet mondial de la santé (SMS) s’est tenu au cœur de la ville de Berlin, en Allemagne. Plus de 1 500 participants de 90 pays différents ont pris part à ce forum où différentes idées et concepts ont été échangés et présentés. Parmi les participants, des décideurs et des représentants des domaines et des industries de la santé ont été invités à aborder les questions de santé les plus pertinentes auxquelles la médecine et les systèmes de soins de santé sont confrontés aujourd’hui.

L’Alliance M8 (un réseau d’institutions de soins de santé, d’universités et d’institutions académiques) a fourni le groupe de réflexion académique de l’événement, soutenant la précision du flux d’informations lors des différents ateliers organisés pendant les 3 jours de la conférence. Les ateliers se sont concentrés sur des sujets tels que : « Les soins de santé des réfugiés », « Les conséquences du changement climatique mondial », « La résistance aux antibiotiques », « Les résultats de la crise Ebola » et « Les données importantes », entre autres.

La cérémonie d’ouverture du SMS a été initiée par un grand discours de motivation prononcé par le Dr Margaret Chan, directrice de l’OMS, qui après plus ou moins un mois reste particulièrement gravé dans ma mémoire. Dans son discours, elle a parlé de la manière dont l’aide à la santé est développée : « Au lieu d’une aide au développement à sens unique, nous devrions promouvoir une relation de coopération au sein des institutions ». Plus important encore, le Dr Chan a mentionné qu' »il est très important de s’assurer que l’argent arrive aux endroits où il a le plus d’impact et non à Genève où se trouve l’OMS ». Cette déclaration a été largement et grandement applaudie. Merci, Dr Chan.

Le WHS a évalué les efforts déployés lors des crises sanitaires passées.

Detlev Ganten, président du conseil d’administration de la Fondation de la Charité, lors d’une conférence de presse avant le sommet, a mentionné que « cette année, l’objectif du SMS était d’améliorer la santé mondiale par un dialogue ouvert et une coopération grâce à l’indépendance académique, la recherche et la science de la mise en œuvre ». Cette déclaration semble tout à fait importante en raison des résultats de l’aide apportée par le passé lors de la crise d’Ebola en Afrique subsaharienne. Bien que le virus Ebola ait été éliminé de certains pays, la réponse à l’aide apportée ces derniers mois est extrêmement pertinente pour les futures réponses à l’épidémie.

Toutefois, ce sujet n’a été abordé qu’une seule fois lors de l’atelier « Recherche durable, renforcement des capacités ». Le professeur Dr John Reed, directeur du programme spécial de recherche et de formation sur les maladies tropicales (OMS), a mentionné que « la crise d’Ebola a ouvert des questions intéressantes qui devraient être prises en considération pour l’avenir de la recherche sur la mise en œuvre de la santé. Nous ne pouvons pas permettre que la prochaine crise nous surprenne et dépasse nos efforts. Pour une crise sanitaire comme celle d’Ebola, il est essentiel de disposer d’infrastructures sanitaires et de capacités de recherche opérationnelles dans les pays touchés. Nous devons commencer à former des chercheurs et des travailleurs de la santé locaux dès maintenant. Nous devons leur apprendre à faire le travail au lieu de le faire nous-mêmes ».

Au cours du même atelier, il a été conclu qu’il est important d’apprendre à créer et à renforcer les capacités régionales, nationales, institutionnelles et individuelles pour mener des recherches de haute qualité sur la santé lors des épidémies de maladies infectieuses entraînant des urgences sanitaires. En outre, il est également essentiel d’évaluer quel type d’efforts permettrait de garantir une recherche durable et le renforcement des capacités au-delà des épidémies et des situations d’urgence. À mon avis, cet atelier a été fascinant pour les jeunes chercheurs, qui ont pu tirer les leçons des erreurs du passé afin de changer l’avenir.

Le plus grand défi en 2015 !

Une autre grande histoire au cours du WHS est venue à la suite de la crise des réfugiés à laquelle l’Europe est confrontée aujourd’hui. L’alliance M8, en particulier, estime que les soins de santé des réfugiés sont négligés par l’Union européenne. Selon M8, tant le financement que la mise en œuvre d’un système de santé durable pour les réfugiés doivent être abordés avec plus de force. Ce point a également été discuté lors d’un des ateliers, où Mme Roumyana Petrova-Benedict de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a montré les chiffres alarmants des soins de santé fournis aux réfugiés par les pays européens. Il était choquant de constater que seuls 5 % des pays fournissaient les soins de santé de base aux réfugiés. Les observations de l’OIM ont montré que les maladies infectieuses jouent un rôle important parmi les réfugiés, cependant, les maladies non transmissibles (MNT) telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et l’obésité, représentent la plus grande charge sanitaire parmi les réfugiés. Cela peut avoir des conséquences majeures sur la santé à l’avenir.

En outre, selon l’alliance M8, le domaine psychosocial représente le plus grand défi qui n’a pas été relevé au sein de la communauté des réfugiés. En réponse à cela, Jacqueline Weekers de l’OIM a parlé des soins de santé des réfugiés dans les zones urbaines. Elle est d’avis que les migrants en tant que tels ne présentent pas un risque sanitaire plus élevé, mais que c’est la combinaison des contextes sociaux, économiques et psychologiques qui peut leur causer des dommages psychologiques. Elle a reconnu que le manque d’accès aux soins de santé psychiatriques est « le plus grand défi ».

Suite à la conversation de Mme Weekers, le Dr Kenneth Miller, psychologue et consultant de l’ONG War Child Holland, a reconnu que loin de la question de l’apport de soins de santé aux réfugiés, le plus grand défi consiste à les intégrer dans la société. Selon lui, leurs plus grands besoins ne se situent pas dans le domaine médical, mais dans le domaine social de l’instrumentation et du travail à but non lucratif. Il a affirmé que l’intégration des réfugiés dans la société peut changer le panorama et apporter des changements à leur santé. Cette déclaration a certainement été remarquable et trop discutée lors du forum.

La santé numérique ; l’avenir est là.

La santé numérique a été un sujet très controversé lors du WHS. La plupart des intervenants ont souligné l’idée que la santé numérique est là pour nous, mais que nous ne l’utilisons pas au maximum de ses capacités. Cela soulève l’idée que les systèmes de santé actuels ne sont probablement même pas capables ou préparés à son utilisation.

La conversation sur la santé numérique a été très intéressante. Günther Oettinger, commissaire européen, a évoqué l’idée que la numérisation des soins de santé ouvrirait de nouvelles perspectives et poserait de nouveaux défis. Toutefois, il a souligné que la protection des données était un problème et a invité les défenseurs de la santé à agir : « La santé numérique contribuerait à l’efficacité des méthodes cliniques pour améliorer la qualité de la santé ».

À la toute fin

Dans sa déclaration finale, l’Alliance M8 a encouragé les décideurs mondiaux à relever les cinq défis suivants :

  1. Le droit à la santé pour les réfugiés
  2. Sécurité, solidarité et durabilité d’un système de soins de santé mondial
  3. Protection générale de la santé (couverture maladie universelle)
  4. Changement climatique et santé
  5. Santé numérique

En conclusion, le WHS a été le porte-parole d’idées innovantes pour les plus grands défis auxquels la santé mondiale est confrontée aujourd’hui. Le WHS est un aperçu fascinant du vaste domaine interdisciplinaire de la santé mondiale auquel les étudiants et les jeunes leaders de la santé mondiale doivent participer.

Vous voulez écrire un article de blog ? Contactez-nous !


Catégories : Uncategorized

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

We have a newsletter!

Sign up here to be updated on events and posts about Global Health!
Holler Box