Crédits : OMS/P. Virot

« Agir, c’est dire « non » à l’indifférence… C’est un choix : soutenir ou non une femme, la protéger ou non, défendre ou non ses droits ».

Dr Denis Mukwege

Chaque année, entre 50 000 et 100 000 femmes et jeunes filles dans le monde sont touchées par la fistule obstétricale, ce qui fait que l’on estime que 2 à 3 millions de femmes vivent actuellement avec cette maladie. La fistule constitue un fardeau dans près de 60 pays, presque exclusivement en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, et représente 6 % de tous les décès maternels. Bien qu’ils soient déjà élevés, ces chiffres sont aussi largement sous-estimés et sous-déclarés, ce qui signifie que le fardeau créé par cette condition est beaucoup plus important.

Alors, qu’est-ce qu’une fistule obstétricale exactement ? Si c’est la première fois que vous entendez ce terme, vous n’êtes pas le seul, car la fistule est une condition de pauvreté et touche presque exclusivement les femmes et les jeunes filles vivant dans les zones rurales des pays à faible revenu.

La fistule est un trou qui se forme entre les voies génitales et le rectum ou les voies urinaires, résultant de la pression créée sur les organes environnants. Cette ouverture entraîne une fuite incontrôlable d’urine ou de matières fécales et crée de graves brûlures aux jambes et peut même provoquer des lésions nerveuses. La fistule a deux causes principales : un travail obstrué pendant plusieurs jours au cours duquel le bébé appuie sur les organes, créant un trou, ou dans le cas d’une fistule traumatique, le trou est formé à la suite de violences sexuelles et de viols, aggravé par l’introduction d’objets dans le vagin. La fistule traumatique est particulièrement fréquente dans les zones de conflit, où elle a été utilisée comme arme de guerre.

Non seulement la fistule peut entraîner la perte éventuelle de mobilité et de moyens de subsistance, en raison du manque de compréhension médicale de l’affection, mais elle s’accompagne souvent de conséquences sociales tout aussi débilitantes. Les fuites constantes résultant de cette affection produisent une forte odeur, que certaines communautés ont attribuée à l’artisanat de sorcellerie, entraînant la marginalisation des femmes et des filles touchées et leur exclusion par leurs communautés. Ces femmes sont également souvent abandonnées par leurs maris et leurs familles, ce qui les plonge dans un isolement total et les rend socialement et physiquement incapables de s’assurer un revenu et de survivre par leurs propres moyens.

Alors pourquoi cette condition si incontestablement répandue et dévastatrice est-elle souvent négligée ? Pourquoi avons-nous des déclarations sur les droits en matière de santé sexuelle et génésique si elles sont simplement ignorées ? La fistule obstétricale étant reconnue presque exclusivement comme un problème négligé des pauvres, elle est souvent oubliée. Et comme cette affection a été réduite au silence par la littérature scientifique, elle est souvent exclue des interventions de santé publique et des interventions humanitaires.

Bien que cette condition s’accompagne de nombreuses réalités bouleversantes, je voudrais vous laisser avec quelque chose de bon :

La première bonne chose est que la fistule est totalement évitable. Comme elle est le plus souvent le résultat de mariages et de grossesses précoces, de la malnutrition et d’un accès insuffisant aux soins de santé génésique, le fait de s’attaquer à ces facteurs peut en réduire considérablement l’incidence. La deuxième bonne chose est qu’elle est complètement guérissable par la chirurgie. Son coût est estimé entre 100 et 400 dollars US par procédure, bien qu’il soit hors de portée de la plupart des femmes concernées, ce coût est raisonnable grâce à l’aide. La dernière bonne chose que je voudrais vous laisser est de vous rappeler que nous disposons d’un outil simple mais puissant, l’éducation, et qu’en nous éduquant nous-mêmes et en sensibilisant les autres, nous pouvons changer la réalité de ces femmes et de ces filles qui sont trop souvent laissées pour compte.

Sarah Williams
Sarah Williams

Sarah est rédactrice au GHNGN. Elle a une formation en sciences de la santé et étudie actuellement un MSc en santé mondiale à l’Institut de santé mondiale de Barcelone (ISGlobal). Ses principaux domaines d’intérêt sont les droits de l’homme et la défense des droits, avec un intérêt particulier pour le droit à la santé des populations migrantes et indigènes.

Vous voulez écrire un article de blog ? Contactez-nous !



0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

We have a newsletter!

Sign up here to be updated on events and posts about Global Health!
Holler Box