Par Nnamdi Eseme

Au Nigeria, de nombreux jeunes ne comprennent pas pleinement la signification du planning familial, les options disponibles et la manière de s’y prendre. En témoignent le taux élevé d’avortements à risque chez les filles et les femmes, les décès maternels et l’augmentation alarmante de la population. Malgré les efforts considérables déployés pour accroître l’utilisation des contraceptifs et pour informer les femmes en âge de procréer sur le planning familial, peu de choses ont été réalisées pour garantir l’utilisation d’une contraception adéquate.

Dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, moins d’un tiers des jeunes filles ayant une expérience sexuelle ont déclaré avoir utilisé un préservatif lors de leur dernière expérience sexuelle (Women Deliver). Et selon une étude récente de l’institut Guttmacher, on estime à 1,25 million le nombre d’avortements provoqués au Nigeria pour la seule année 2012, en raison du très faible niveau d’utilisation des contraceptifs.

Suite au partenariat mondial Planification familiale 2020 (FP2020) qui soutient les droits des femmes et des filles à décider librement, et pour elles-mêmes, si, quand et combien d’enfants elles veulent avoir, des organisations comme DKT International ont fait la promotion de la planification familiale et en 2014, avec d’autres partenaires de santé, sont devenues le premier programme à introduire commercialement le contraceptif de Sayana Press en Afrique. Sayana Press est une seringue préremplie et une petite aiguille à faible dose, tout-en-un, pour une administration simple et rapide juste sous la peau qui protège contre une grossesse non désirée pendant trois mois. C’est une grande réussite car de nombreux jeunes sexuellement actifs, en particulier les filles en Afrique, recherchent des contraceptifs qui peuvent être pris moins fréquemment et avec un maximum d’efficacité. Il existe en outre un large choix de produits contraceptifs de qualité et innovants, efficaces, sûrs et abordables, tels que les préservatifs, les pilules et les dispositifs intra-utérins de contraception (DIU).

En Afrique de l’Ouest, seulement 9 % des femmes mariées utilisent des méthodes modernes de planification familiale, selon un rapport du Population Reference Bureau. Ce chiffre met en évidence l’utilisation nettement insuffisante des méthodes modernes de contraception. Il est donc nécessaire que le gouvernement et les organisations de santé augmentent leur soutien à la planification familiale. Cela permettra de réduire l’énorme pression exercée sur l’économie, de diminuer la surpopulation et le chômage et d’améliorer la santé des femmes, de leurs maris, de leurs enfants et de la société dans son ensemble.

Imaobong Etuk, 22 ans, est mère d’un enfant de l’État d’Akwa Ibom, dans le sud du Nigeria. Elle dit avoir subi deux horribles avortements depuis la naissance de son enfant. Elle dit :

« J’ai eu mon premier enfant à 17 ans. J’étais timide et je ne connaissais aucune forme de contraception, à l’exception de l’utilisation du préservatif masculin. C’est après avoir accouché que l’infirmière m’a dit qu’il existait plusieurs types de contraceptifs comme les stérilets, les contraceptifs oraux, les contraceptifs d’urgence, les injectables et les implants. La vérité est que j’ai peur de prendre des contraceptifs, surtout oraux, parce que j’entends dire qu’ils font grossir, qu’ils ont plusieurs effets secondaires et que je dois les prendre à chaque fois que j’ai un rapport sexuel. Mais récemment, une amie m’a dit que je pouvais utiliser l’injectable Sayana press qui dure trois mois. J’ai l’intention de l’utiliser ».

Afin de garantir le respect du FP2020, le ministère fédéral de la santé (FMOH) a dévoilé, lors de la troisième conférence sur le planning familial au Nigeria en novembre 2014, le plan directeur du planning familial du Nigeria (Scale-Up Plan), qui doit s’étendre sur quatre ans, de 2014 à 2018. Ce plan, dont le coût est estimé à 603 millions de dollars, articule l’ambitieux engagement du Nigeria dans le cadre du programme FP2020, notamment l’objectif de faire passer le taux de prévalence contraceptive (TPC) chez les femmes mariées et non mariées en âge de procréer de 15 % à 36 % d’ici 2018.

Cette tâche semble vouée à l’échec, car le ralentissement économique actuel pourrait affecter le budget annuel de la santé du pays, ce qui réduirait les fonds disponibles pour promouvoir le planning familial. La réduction de l’aide étrangère des partenaires internationaux a également des répercussions sur le plan de développement. Il est donc nécessaire que les organisations non gouvernementales et les prestataires de soins de santé privés réagissent immédiatement pour rendre les contraceptifs de qualité facilement accessibles à tous, en particulier aux jeunes femmes, afin d’améliorer leur santé génésique.

Nnamdi Eseme

Nnamdi Eseme est une jeune journaliste du Nigeria passionnée par le VIH, la santé et les droits sexuels et reproductifs, et les questions de genre. Il est membre du réseau des Correspondants clés, qui se concentre sur les groupes marginalisés touchés par le VIH, pour rapporter les histoires de santé et de droits de l’homme qui leur tiennent à cœur. Le réseau est soutenu par l’Alliance internationale contre le VIH/sida. Eseme est également membre du programme « Women Deliver Young Leaders » qui vise à améliorer la santé sexuelle et reproductive des filles et des femmes de sa communauté. Il est titulaire d’une licence en physiologie de l’université d’Uyo, au Nigeria, et poursuit actuellement un master en physiologie endocrinienne et reproductive à l’université Nnamdi Azikiwe, au Nigeria. Il a publié plusieurs articles sur la santé des filles et des femmes, le VIH et l’éducation. Il espère assurer une participation égale des jeunes, en particulier des femmes, au leadership, au gouvernement et à l’élaboration des politiques dans toute l’Afrique.

Vous voulez écrire un article ? Contactez-nous !



0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

We have a newsletter!

Sign up here to be updated on events and posts about Global Health!
Holler Box